Les raisons de la colère

Voilà des mois que je tourne et tourne le truc dans la tête. Depuis les attentats de janvier et certainement même avant parce que les personnes s’enrôlant auprès de ces extrémistes fanatiques n’ont pas commencé à le faire à ce moment là.
La colère, la haine, la souffrance, le sentiment d’être incompris, tous ces maux qui sont bien souvent à l’origine de ces départs vers l’extrême, je les connais, ils ont gangrené une partie de mon existence pour diverses raisons qui hantent mon passé.
Qu’il est facile de se laisser bercer par ces émotions négatives, quand on a dans sa vie des malheurs, des accidents de parcours et il suffit de tomber sur les mauvaises personnes pour se laisser entraîner sur cette pente vertigineuse.
Je suis du genre à me poser beaucoup de questions et je me suis souvent demandé si cela aurait pu m’arriver, si moi j’aurai pu me laisser entraîner par ces charlatans du discours psychologique.
Mon parcours de vie pourrait au final ressembler à celui de certains qui sont parti dans cette fureur (peu importe l’extrême), et je sais d’ailleurs qu’il n’y a pas que des jeunes paumés de banlieue qui sont visés, comme beaucoup aimeraient le croire, non, la fragilité de beaucoup de jeunes via internet est visée peu importe leur origine, et on le sait ce média permet de toucher tout le monde.
Oh bien entendu, je vous l’accorde, la plupart d’entre vous me dirait que je n’étais pas élevée dans une famille de confession musulmane et encore moins dans une famille avec une quelconque pensée religieuse, mais là je vous arrête, il n’est aucunement question de religion ici, c’est totalement un discours de haine déguisé derrière une sombre histoire de religion revisitée à la sauce qui va bien par ceux qui sont les grands “pensants” derrière tout ça.
Et c’est là aussi tout le danger, ces jeunes et moins jeunes qui partent, appliquent de façon aveugle une “religion” qu’on leur prémâche alors qu’ils n’ont aucun repère. Pourquoi remettre en cause ces gens qui sont à leur écoute et qui s’intéressent à eux, ces gens qui leur lavent le cerveau ?
J’ai eu cette chance de ne pas rencontrer ces “recruteurs” à des moments de ma vie où j’étais faible et vulnérable, j’ai eu la chance d’avoir toujours été curieuse de tout et de bien souvent remettre en question et apprendre par moi-même. J’ai eu la chance d’être élevée dans une famille avec des défauts mais aussi des femmes de caractère, mais il n’empêche qu’encore aujourd’hui, je ne me sens pas totalement guérie de cette violence et cette haine qui m’a habitée, je sais que tout est là en chacun de nous.
Je ne suis pas du tout une personne religieuse, à mes yeux les religions sont juste des idées sectaires qui ont prolifèré au cours des siècles en étant écrites et réécrites avec les dégâts que l’on peut connaître aujourd’hui comme dans nos livres d’histoire, je ne cautionne pas les actes et je ne défends pas ceux qui les ont fait.
Mais je souffle, je respire, je réfléchis, j’essaye de comprendre et d’envisager ce que mon expérience et ma petite humble personne pourrait apporter, il faut retrousser ses manches et se rassembler.
Je vous invite à envoyer chier la peur, la haine et la violence qui sont souvent saupoudrés d’ignorance, et de dialoguer, de vous renseigner, de refuser les amalgames qui n’apportent rien de bon, tout comme la stigmatisation.
Je vous invite à ne pas céder à la facilité de la haine et la violence, il faut en parler, il faut éduquer, il faut démystifier, il faut faire front face aux conneries racontées par certains politiciens qui oublient leur devoir premier qui est de servir leur peuple et pas leurs propres intérêts.
(et : je ne suis pas parfaite, je peux encore trébucher dans ma quête d’être plus tolérante et positive, mais je me relèverais)
Et surtout, il ne faut pas oublier.
Il me vient à l’esprit American History X sur son final
“Nous ne sommes pas ennemis, mais amis. Nous ne devons pas être ennemis. Même si la passion nous déchire, elle ne doit pas briser l’affection qui nous lie. Les cordes sensibles de la mémoire vibreront dès qu’on les touchera, elles résonneront au contact de ce qu’il y a de meilleur en nous – Abraham Lincoln”